La Croatie – 2ème partie: de Zadar à Dubrovnik – 2021.

Et me revoilà sur les routes de Croatie! À présent je vais rejoindre la côte de Dalmatie, côte qui sera mon fil conducteur jusqu’à la « Perle de l’Adriatique », autrement dit Dubrovnik! Mais entre ces deux villes, j’ai encore un tas de beaux coins et quelques superbes îles à te faire découvrir. Alors, même si les journées à venir risquent encore d’être difficiles avec la chaleur, hauts les coeurs et en avant!

Zadar.

Si tu as suivi mes pas à travers la Croatie, dans la première partie du périple (à savoir de Zagreb au parc national de Krka), on s’était quitté alors que je revenais du monastère de Kistanje, pour retourner vers la côte adriatique. Je suis maintenant en Dalmatie, une vaste région qui déborde sur le sud de la bosnie et le Monténégro, mais dont la Croatie possède la grosse part du gâteau. Direction la ville de Zadar!

Pour se garer au plus près de la vieille ville, ô joie, je t’apporte une bonne nouvelle: un grand parking gratuit, à 400 m de celle-ci! C’est pas beau, çà? Même si il semble un peu bordélique et qu’il y a des nids-de-poule, il est gra-tuit! Petite dédicace au gardien du parking de Hum en Istrie (mmh c’est un peu vache).

Bienvenue donc à Zadar, la cinquième ville du pays, ville maritime dans l’âme, qui a bien morflé durant la Seconde Guerre en voyant sa vieille ville majoritairement détruite. On a affaire à une ville fortifiée, dont une grande partie des puissants remparts est toujours debout. On entre dans la vieille ville par plusieurs portes fortifiées, la plus connue étant sans doute la Porte de Terre-Ferme (kopnena vrata), avec les petits bateaux de plaisance qui somnolent dans un petit port fermé, le long des fortifs.

Zadar: fortifications.

La vieille ville de Zadar n’est pas immense, elle s’avance dans le mer comme une presqu’île, tout en étant séparée de la ville moderne. Cette configuration me rappelle Siracusa en Sicile. Le mieux à faire est de s’y perdre, passer sous un porche, surprendre une église cachée ou une placette, pour bien s’imprégner de l’atmosphère de cette ville touristique certes, mais qui n’a pas encore plié les genoux face au tourisme de masse comme certaines de ses « soeurs » plus au sud!

Même si la Seconde Guerre ne lui a pas fait de cadeau (elle n’en a fait à personne d’ailleurs), Zadar a conservé quelques vestiges de son histoire ancienne. Va jeter un oeil sur la Place des Cinq-Puits (trg Pet Bunara), où se dresse une insolite colonne romaine rescapée d’un temple, tenant compagnie à cinq puits anciens en enfilade (faut pas être Einstein pour piger l’origine du nom de l’endroit!).

À 5 minutes de là, la Place du Peuple (Narodni trg) est encore plus pittoresque, plus vivante avec ses terrasses de cafés, sa loggia et sa belle Tour de l’Horloge. Je me croirais volontiers sur une petite place romaine!

À partir de la Narodni trg, on peut quitter facilement l’enceinte de la vieille ville, en passant sous une autre porte fortifiée; un petit bras de mer, traversé par un passerelle piétonne, sépare les deux Zagreb, l’ancien et le moderne. J’aime bien le contraste! Et si tu souhaites prendre un peu de hauteur, une volée de marches, au pied de la porte, permet d’atteindre une rue qui ferait un peu office de chemin de ronde. C’est vrai que d’en bas, ça fait bizarre de voir des voitures stationnées au-dessus des remparts!

Zadar: face à la ville « moderne ».

Des vestiges de l’époque romaine dans une ville croate, ça te dirait? Il y a ce qu’il faut à Zadar! On va donc re-pénétrer dans la vieille ville et se diriger vers deux édifices religieux majeurs de la ville: la cathédrale Sainte-Anasatasie, avec son campanile où pour quelques kunas, on peut grimper pour voir la ville en panoramique; et la curieuse église Saint-Donat, de forme circulaire. Elle a été désacralisée et sert désormais de salle de concert, grâce à une acoustique exceptionnelle. « Et les vestiges romains? », me sussures-tu à l’oreille.. Mais j’y viens, ils sont là, côtoyant Saint-Donat et d’autres bâtiments à l’architecture plus discutable. Ce forum romain est l’un des plus grands de Croatie.

Perspective: l’église Saint-Donat, le campanile et les vestiges du forum romain.

Bon, un petit break pour manger un truc, mais pas de resto ce soir, non. Comme la jeunessse locale, un petit hamburger-frites à emporter, à déguster sur les marches face à Saint-Donat. Un goéland s’approche, vachement intéressé par mon en-cas. Lui, il veut me faire passer un message… OK c’est bon, attrape une frite! Mais sois cool, ne va pas rameuter tes copains (faudrait pas me refaire le coup des moineaux de Ljubljana!).

Je vais faire un tour sur la promenade de front de mer. Celle-ci est magnifique et scintille au soleil, et au loin se dessinent les reliefs de l’île d’Ugljan. Mais voilà qu’une sorte de mélodie, un peu surréaliste, arrive à mes oreilles, en même temps que le ressac de la mer. Comment t’expliquer? Un mélange entre une flûte de Pan géante, un orgue de barbarie et les 5 notes de « Rencontres du Troisième Type »… Oh, c’est bizarre comme sonorité, viens on va essayer d’en savoir plus. Dans le sol, au niveau d’un escalier de marbre plongeant dans l’eau, il y a comme des ouvertures, genre trous d’aération. Hé bien en fait, c’est un méga instrment de musique, un orgue maritime! L’eau s’engouffre et sort par des cavités reliées à ces ouvertures (35 tuyaux sous le sol), qui copient le mécanisme de ce noble instrument. Quoique des orgues de 70 m de long, j’en connais pas beaucoup. Ça fait qu’il joue non-stop depuis 2005. Quel organiste peut en dire autant? Jean-Michel Jarre lui-même peut faire profil bas.

Zadar: promenade de front de mer.
L’île d’Ulgjan au loin.
Tends bien l’oreille, car la mer et les gens font du bruit aussi…

J’ai bien aimé Zadar qui, au final, est une très belle ville qui a su garder diverses empreintes de son histoire, et n’est pas encore asphyxiée par les troupeaux de croisiéristes. Et puis la mer qui fait de la musique, ça ne se voit pas tous les jours! Une petite anecdote marrante pour conclure? En soirée, un attroupement se forme au bord du front de mer, près de l’orgue, ça se bousculerait même un peu pour être aux premières loges, je dirais. Pourquoi donc? Le coucher du soleil, voyons! Mais ces acharnés du clic-clac-photo vont subir un « retour de karma », car au moment ultime, voici un ferry Jadrolinija, allant je ne sais où, qui passe devant le soleil étant sur le point de disparaître à l’horizon! Oh le scandale! Moi ça m’a fait marrer…

Šibenik – Primošten – Trogir.

Je quitte Zadar de bon matin, pour partir vers le sud en empruntant cette fameuse route appelée la Magistrale, qui longe le littoral croate de plus ou moins près, sur plus de 400 km jusqu’à Dubrovnik. En juin ça va encore, le trafic est fluide, mais au plus fort du mois d’août il peut ressembler à un défilé de chenilles processionaires…

Le premier stop du jour sera pour la petite ville de Šibenik. La plupart des touristes préfèrent la « zapper », étant trop pressés de rencontrer Split ou Trogir. C’est leur problème, ils ratent par cete occasion une ville paisible, moins courue et qui a plus d’un tour dans son sac pour charmer les visiteurs. Et çà, je vais te le démontrer par A + B!

Pour se garer, il y a ce qu’il faut, pour pas trop cher, près de la vieille ville. Et avant d’y pénétrer, tu verras sans doute cet amusant petit square avec sa fontaine moussue où se prélassent quelques tortues de bonne taille (non, pas le modèle des Galapagos qaund-même…).

Šibenik.

La vieille ville de Šibenik est allée au-delà de mes espérances. C’est tout un poème de se perdre dans ce lacis de petits ruelles ombragées (critère important quand le soleil a encore décidé de montrer ses muscles aujourd’hui!), qui passent sous des porches et tournent à angle droit sans prévenir. J’espère que tu ne souffres pas de climacophobie (combien au scrabble pour ce mot?), car des escaliers, il y en a un paquet ici! Au coeur de la ville historique, la cathédrale Saint-Jacques, de style gothique et du 15ème siècle, se repère de loin avec son dôme imposant. La place principale de la vieille ville, avec ses vieilles maisons à volets verts, aurait bien sa place dans un film de cape et d’épée. Le beau bâtiment à loggia sur la place, c’est l’ancien Hôtel de Ville.

Šibenik.
Šibenik.

En surplomb de la ville, plusieurs anciens forts avaient un rôle défensif pour contrer les invasions à travers l’histoire. Le fort Saint-Michel est la plus ancien, il est possible de le visiter moyennant une bonne grimpette. Mais si on préfère la mer, la promenade de bord de mer n’est évidemment pas à dédaigner. La conclusion de ma visite sera simple: y a pas photo, Šibenik vaut le détour, je ne l’ai pas regretté! Mais en même temps, il ne faudrait pas qu’elle se transforme en « deuxième Dubrovnik »…

Après cette première bonne impression de la journée (et en espérant que ça continue!), je reprends la route, qui longe souvent la mer de très près, laissant apparaître un tas de petites îles et îlots disséminés au milieu des eaux au teintes nuancées, allant du bleu foncé au turquoise. À 30 km de Šibenik, je m’arrête à Primošten, un gros village qui s’avance dans la mer, relié à une petite langue de terre. C’est assez marrant d’ailleurs, car au nord une autre langue de terre, boisée mais non habitée, fait face au village. Ça donne une drôle d’allure sur une carte ou sur une vue aérienne!

Primošten.
Primošten en vue aérienne.

La vue sur Primošten, depuis la longue plage, est très sympa: on dirait presque un « petit Rovinj »! On peut faire le tour du village en longeant la mer par un petit chemin piétonnier fort agréable. L’intérieur du village? Les petites ruelles sont jolies, oui, mais peut-être trop « bétonnées », mais ça n’engage que moi; je préfère quand-même les gros pavés casse-gueule des petits villages d’Istrie…

J’aime beaucoup cette route qui longe la mer au plus près, et la circulation n’est pas trop difficile. Du moins pour l’instant, car ça va se compliquer et « bouchonner » un peu à l’approche d’une ville dont les parkings (payants, grr..) qui bordent la route indiquent un certain potentiel touristique. L’explication est simple: j’arrive à Trogir!

Trogir, c’est avant tout sa vieille ville, une cité médiévale fortifiée pas très grande, avec une position particulière: entourée par deux bras de mer, elle est reliée au reste de la ville par deux ponts. Toutes ces petites ruelles pavées qui se croisent, la Place Ivana Pavla II et la magnifique cathédrale, la promenade de bord de mer er ses palmiers, le le fort Kamerlengo, bâti au 15ème siècle du temps de la République de Venise… Rien d’étonnant à ce que Trogir soit inscrite au patrimoine de l’Unesco depuis 1997! Revers de la médaille, en plein été, c’est vite saturé de touristes et il y a un peu trop de boutiques à souvenirs; ce sera très difficile de se retrouver seul(e), à moins d’emprunter l’une ou l’autre petite ruelle ombragée et hors des sentier battus. Tu comprends pourquoi je voyage toujours en juin?

Trogir.
Trogir.

Je quitte Trogir, et sache qu’à partir d’ici, je ne suis plus qu’à 30 km de Split! Par contre, Dubrovnik est encore à 250 km… Mais chaque chose en son temps, pas vrai? J’ai encore du temps pour découvrir un autre coin digne d’intérêt le long de la côte, une fois dépassé l’aéroport de Split: la région des Kaštela.

C’est quoi donc, çà? C’est un ensemble de petits villages côtiers, qui se suivent, qui ont la particularité de posséder chacun un petit chateau-manoir fortifié, ceux-ci bâtis par les notables de Split et Trogir au temps où les invasions étaient monnaie courante. En même temps, les systèmes d’alarme Verisure n’existaient pas encore… Ils sont construits tout au bord de la mer où quasiment sur l’eau, un peu dans le style du chateau de Chillon en Suisse. Il y a toujours un petit port à proximité, souvent de taille très modeste.

Kaštel Štafilić.
Kaštel Vitturi.

Split.

Les périphs’ des grandes villes se suivent et se ressemblent: des voies rapides, des bretelles de sortie, des zones industrielles qu’on ne toucherait même pas avec un bâton tant elles sont laides… Heureusement, on ne s’y attarde jamais! Et Split mérite déjà un bon point: au nord de la vieille ville, tout en y étant proche, on trouve aisément des places gratuites! Belle entrée en matière, non? Me voilà arrivé dans la deuxième ville de Croatie.

Je passerai la nuit « chez l’habitant », dans la partie ouest de la vieille ville, très tranquille avec ses ruelles fleuries et ses vieilles maisons. Elle n’est pourtant pas très fréquentée des visiteurs, car c’est un autre endroit qui aimante les foules, un lieu emblématique de Split, grâce auquel elle a été inscrite au patrimoine de l’Unesco en 1979. C’est même, disons-le, une « ville dans la ville » et l’Histoire y a laissé sa marque indélébile. Mais cessons ce suspense insoutenable pour aller découvrir le Palais de Dioclétien!

Si tu ne dormais pas à l’école durant les cours d’histoire, tu sais sûrement que Dioclétien était un empereur romain; il a régné de 284 à 305, a mené la vie dure aux chrétiens, et était originaire de Split. Ce qui explique la présence de cet incroyable palais, où il se retira après son abdication. La taille du bâtiment, en forme de trapèze, est aussi hallucinante que son brillant état de conservation. Les dimensions des côtés varient de 175 m à 215 m. J’ose même pas imaginer le prix d’une nuit en airbnb…

Split: Palais de Dioclétien.
Split: Palais de Dioclétien.

Le Palais est subdivisé en plusieurs parties: les chambres de l’empereur, les locaux pour l’armée, les souterrains, la cathédrale Saint Domnius, le baptistère, le temple de Jupiter… Le centre névralgique de cet ensemble, c’est le péristyle. Impressionnant, avec ses colonnes, c’était le « carré VIP » de l’empereur. Maintenant, rançon du succès, l’endroit est saturé de touristes qui s’assoient sur les marches sans se soucier du passage des autres, et où des faux légionnaires font leur petit show, un peu comme au Colisée à Rome. J’aimerais pas être là en plein mois d’août…

Après la chute de l’Empire romain, les habitants de Salona, à deux pas de Split, fuirent leur cité pour trouver refuge dans le Palais, abandonné depuis un bail! Les nombreuses pièces furet converties en habitations et magasins. Voilà un fait étonnant: le peuple de Salona était chrétien, et ils trouva son salut dans le palais d’un de leurs bourreaux les plus acharnés!

Illustration d’époque: c’est pas du préfabriqué IKEA…

Et les contours du Palais? Moi je dis que des remparts de plusieurs mètres d’épaisseur et quatre portes fortifiées, ça force quand-même le respect! Alors, on a la Porte de Fer (Željezna vrata), la Porte de Bronze (Mjedne vrata), la Porte d’Argent (Srebrna vrata), et la plus célèbre, la Porte d’Or (Zlatna vrata), qui est du côté nord du Palais, dont c’était d’ailleurs l’entrée principale. Il faut prendre un peu de recul pour la contempler! Mais pas trop, sinon tu vas buter contre la statue colossale de Grégoire de Nin, un évêque du 10ème siècle qui, pour ma part, me fait plutôt penser à Albus Dumbledore (Rassure-moi, tu as lu la saga Harry Potter?). Toucher son gros orteil apporte la chance, ce qui explique son état bien patiné! Par contre, regarde-moi son index, on dirait qu’on lui a greffé celui de E.T! Le clocher en arrière-plan, c’est celui de la chapelle d’Arnir.

Split: Porte d’Or.

Mais il ne faut pas se cantonner uniquement au Palais de Dioclétien, Split ce n’est pas que çà! Plein de petites ruelles autour, certaines bien étroites, qui doivent ressembler à des canalisations bouchées en août avec les touristes! Il y a aussi de très belles places, comme la Narodni trg, où on pourrait se croire en Italie (époque vénitienne oblige), et la Voćni trg, avec son ancienne tour vénitienne. À l’ouest, une large artère piétonne dallée (et qui doit bien être glissante quand il pleut!) sépare la zone du Palais et l’ouest de la vieille ville; c’est la Marmontova ulica, très commerçante où, au niveau du marché aux poissons, tu vas froncer les narines. Pas à cause du poisson, non, mais tu vas détecter une vague odeur de soufre, un peu comme quand on débarque à Vulcano en Sicile! Une source d’eau sulfurée passe en-dessous. Il paraît que l’odeur de soufre repousse les insectes. Un mal pour un bien, en somme! Tout en haut de la rue, cet élégant bâtiment à façade jaune, c’est le théâtre national.

Split: la tour vénitienne sur la Voćni trg.

Split: Marmontova ulica.

À côté de la Marmontova ulica, une vaste place bordée d’arcades et de façades colorées tranche carrément avec le style « tout en pierre » de la vieille ville: c’est la trg Republike, bâtie dans le souci de rester dans la tradition vénitienne; d’ailleurs son autre nom, trg Prokurative, doit faire « tilt » pour quiconque est allé à Venise et sa Piazza San Marco. Les bâtiments qui l’entourent, c’est comment déjà? Les Procuratie! CQFD!

Split: trg Republike.

Cannes a sa Croisette, Nice sa Promenade des Anglais… Et Split, alors? Bienvenue sur la Riva, cette large promenade de bord de mer avec ses palmiers, ses terrasses et ses vieilles maisons. Elle longe le côté sud du Palais de Dioclétien. Et juste après la capitainerie, c’est la gare maritime, la plus importante du pays, d’où partent et arrivent bon nombre de ferries et catamarans reliant les îles mais aussi Ancona en Italie. Il y a là des boutiques, les billetteries des compagnies de bateaux, et une bonne signalétique, avec affichage digital, permet de trouver facilement son quai d’embarquement. Et tu sais quoi? On mettra çà en pratique demain!

Split est une belle ville, aussi bien pour son histoire exceptionnelle que pour la beauté de son front de mer. Mais si tu n’aimes pas servir de boule de flipper à des hordes de touristes pressés et égoïstes (qui aimerait çà, d’ailleurs), le charme risque de vite s’effriter! C’est mieux de venir en basse saison, ou alors de s’évader dans des petites rues plus calmes…

Allez, un bon plan pour manger simple et pas cher? Un genre de petit snack-bar, près de la trg Republike, facilement repérable à ses deux bancs en bois pour s’asseoir et savourer des boulettes ou des petites saucisses style ćevapi, calées dans un pain rond et noyées dans une sauce un peu relevée!

Kantun Paulina – Matošića ulica, 1.

L’île de Brač.

Je n’ai qu’un petit trajet de 15 minutes à faire pour rallier le port de Split, où je trouve facilement ma bande d’embarquement pour le ferry à destination de l’île de Brač. Le port de Split est bien plus grand que les petits ports de Valbiska, Merag ou Porozina où j’ai embarqué précédemment. Plusieurs ferries partent parfois en même temps, d’autres reviennent… Il y a de tout, scooters, voitures, camions, tracteurs aussi, ça arrive! Bref, l’embarquement est rapide et efficace, les pare-chocs des véhicules se touchant presque une fois à l’intérieur du bateau; ma traversée durera 50 minutes.

Je vais t’emmener visiter quelques îles, à commencer ici par l’île de Brač, la troisième plus grande île du pays (40 km de long sur environ 15 de large), la plus proche de Split, et peut-être un peu moins fréquentée que ses voisines « blin-bling » Hvar et Korčula. Et pour prononcer comme un vrai croate, le č se dit « tch »; donc ce sera « bratch »! Une petite particularité, c’est qu’au contraire d’une grosse majorité d’îles croates, où le nom de l’île et de la capitale sont identiques, ici ce n’est pas le cas: pas de ville de Brač!

Débarquement à Supetar, le port principal de l’île pour les ferries. Tout à l’est, il y a Sumartin, pour rejoindre le continent. Rien de spécial dans ce gros village, je me mets donc en route vers la côte nord. Et je dois dire que les paysages, assez variés me séduisent d’emblée: des zones boisées, des champs d’oliviers entourés de murets de pierre sèche, des petites parcelles de vignes… et de temps en temps la mer qui se laisse admirer, en même temps on n’en est jamais très loin!

île de Brač: Supetar.
île de Brač: parcelle d’oliviers.

Mon premier arrêt sera pour le petit village côtier de Postira, avec son petit port (on n’est plus à Split, c’est clair!) et ses maisons de pierre à volets verts. Un endroit d’une tranquillité absolue.

île de Brač: Postira.

15 km plus à l’est, voici Pučišća (non, débrouille-toi une fois pour prononcer, je vais pas tout faire, non plus), un autre village sympa, en bord de mer aussi, enfin pour être exact il se trouve au fond d’une anse profonde, un genre de « mini Ria de Lim ». Une très jolie configuration, je trouve, et les maisons étagées sur cette petite colline sont d’un bel effet.

Île de Brač: Pučišća.

Tu verras probablement, sur l’île, l’une ou l’autre carrière où est extraite la fameuse pierre de Brač, une pierre calcaire dont la blancheur fait presque mal aux yeux quand le soleil se réverbère dessus, et qui a la particularité de durcir avec le temps! elle a servi entre autres à bâtir la Palais de Dioclétien, le Reichstag de Berlin, et même des éléments de la Maison-Blanche! On trouve même une école de tailleurs de pierre à Pučišća.

Brač est vraiment une très belle île; c’est marrant, je vois même de temps en temps quelques cyprès, qui confèrent un petit air de Toscane à ce coin de Croatie. Je m’enfonce à l’intérieur des terres, passant par le petit village de Skrip, un peu hétéroclite au premier abord, mais un petit panneau « muzej » conduit à la partie ancienne du village, où se trouve un petit musée d’histoire concernant l’île. Tu remarqueras sans doute aussi ces maisons à la toiture si particulière, toute blanche: elle est faite de pierres et enduite d’une couche blanche de chaux, ce qui permet de rendre le toit imperméable.

Île de Brač: Skrip.
Toiture typique sur l’île de Brač.

Plutôt que de suivre bêtement la côte comme les touristes lambda, moi j’aime toujours bien explorer l’intérieur d’une île, celà réserve à chaque fois son lot de surprises. Le hameau de Dol en est un bon exemple, avec ses vieilles maisons en pierre et aux toits de lauze et ses petites parcelles de vignes, parfois pas plus grandes qu’un potager. On y trouve quand-même un Studenac, un magasin style « minimarket » qui fait partie d’une petite chaîne de magasins en Croatie. On est déjà loin de l’effervescence du port de Split!

Île de Brač: Dol.
Île de Brač: Dol.

Non seulement Dol est un coin magnifique, mais on y trouve une ou deux super adresses pour bien manger, où l’authenticité se retrouve aussi bien dans la cadre que dans l’assiette. La konoba Toni en fait partie. L’agneau à la broche m’a rappelé le jagnjetina de Bosnie-Hérzégovine, et le petit gâteau local, au miel et aux amandes, n’a pas fait long feu face à mon appétit. Avec un petit pichet de vin blanc (produit par les proprios), je savoure l’instant, tout simplement. J’adore l’ambiance: des voisins viennent boire un verre avec le patron, un copain apporte des légumes, le gars qui fait le service a un short en jeans rapiécé et est pieds nus! Imagine-toi çà une seconde dans une brasserie de bobos à Paris…

Konoba Toni à Dol.
Assiette d’agneau rôti.

Allez, on repart! Les routes de Brač sont belles et en bon état, les paysages toujours aussi superbes, quoique un peu plus arides en direction du sud de l’île. Après avoir passé le petit village de Donji Humac, avec quelques carrières de pierre éparpillées dans les environs, on va prendre un peu de hauteur. Il faut savoir que le point culminant de toutes les îles croates se trouve sur l’île de Brač: ce sommet s’appelle Vidova Gora et atteint 780 m d’altitude. Un sentier de randonnée permet d’y accéder, mais une route carrossable monte aussi jusque là-haut. Le panorama est grandiose, on voit même l’île de Hvar au loin, et tout en bas, c’est le gros village de Bol, et cette sorte de triangle sablonneux qui s’avance comme une proue dans la mer, c’est la plage emblématique de l’île, et l’une des plus célèbres de Croatie. Mais je vais t’expliquer tout çà, car c’est là-bas que je vais, et où je pose mon sac cette nuit!

Île de Brač: Donji Humac.
Vignobles sur l’île de Brač.
Île de Brač: Vidova Gora.
Île de Brač: Vidova Gora.

À partir de Vidova gora, la route traverse encore le centre de l’île avant d’entamer une longue descente d’une dizaine de km, ponctuée de quelques virages et, on s’en doute, de jolis points de vue. Et tout en bas, au bord de la mer, c’est le gros village de Bol, un des coins les plus visités de l’île, et c’est vrai qu’il y a de quoi s’occuper. Je continue avec l’hébergement chez l’habitant, dans une petite rue tranquille sur les hauteurs du bourg. Une petite bière de bienvenue, quelques échanges sur mon voyage et ce qu’il y a de bien à voir à Bol… J’aime bien l’accueil des croates, et le fait d’apprendre quelques mots de la langue locale réchauffe encore plus les relations.

C’est un très bel endroit, faudrait être salement aigri pour dire le contraire! Des ruelles fleuries, des vieilles maisons à volets verts (ça semble à la mode en Croatie!), et surtout le petit port de pêche, où des barques de pêcheurs cohabitent avec des petits bateaux de plaisance. Un peu plus à l’est, un monastère dominicain surplombe la mer du haut d’un petit promontoire.

Île de Brač: Bol.

Île de Brač: monastère de Bol.

Tu sais maintenant que j’aime bien faire de l’urbex (* pour rappel, visiter des endroits abandonnés). Et ici, à Bol, il y a justement l’ancien hôtel Bijela Kuce, qui bien que n’étant plus de première fraîcheur, est devenu un terrain d’expression pour les artistes « graffeurs » spécialistes du street-art. Ce qui fait que les chambres abandonnées, ouvertes aux quatre vents, côtoient des fresques murales vraiment pas mal du tout! Le contraste est étonnant. Attention toutefois aux morceaux de verre ou de ferraille au sol!

Bol: ancien hôtel Bijela Kuce.
Bol: ancien hôtel Bijela Kuce – fresque.

Bol n’a pas fini de me surprendre, car au milieu du village, voilà une curiosité qu’on ne voit pas tous le jours: l’endroit est appelé kuca u kuci, littéralement « la maison dans la maison! Euh, ça veut dire quoi, çà? Pour faire très court, une famille riche a voulu faire bâtir un opulent palais sur un terrain occupé par un modeste paysan. Apparemment tout ce petit monde se connaissait et ne s’appréciait guère, question d’emprunts non remboursés. Alors la famille friquée a commencé à élever les murs de sa bâtisse autour de la petite maison de l’agriculteur qui ne voulait pas bouger. Mais, ô ironie du sort, durant un voyage en bateau pour ramener des matériaux, une tempête monstrueuse décima la smala… Le gars a donc vécu dans sa maison, celle-ci entourée par des hauts murs, le « squelette » d’un palais qui ne vit jamais le jour…

Bol: kuca u kuci.
Dol: kuca u kuci, vue aérienne d’illustration.

À l’ouest de Bol, une promenade de bord de mer longue de 1,5 km, piétonne et bien ombragée par une double rangée de pins, fait aussi bien le plaisir des touristes que des familles croates. Au début de la promenade, quelques petits stands d’artisanat local côtoient les « marchands du temple » vendant leur camelote made in China. Mais ce n’est pas pour celà que je t’emmène ici. Car tout au bout, il y a une plage. Tu te souviens, ce « triangle » aperçu du sommet de Vidova Gora? Voici la mythique plage Zlatni Rat, autrement dit « Corne d’or », entourée d’une pinède, qui s’avance dans la mer et qui peut changer de forme suivant les marées. Attention, ce n’est pas du beau sable fin mais des petits galets, les pieds s’y enfoncent différemment, c’est clair. Les couchers de soleil y sont fabuleux.

Bol: promenade de bord de mer.
Bol: plage Zlatni Rat depuis Vidova Gora.

Cette île de Brač m’a beaucoup plu, avec la végétation variée, les petits villages de l’intérieur de l’île et les petites cités en bord de mer, alternant petites plages et criques bien cachées. Et puis, une plage de forme convexe, on ne voit pas çà tous les jours (ne serait-ce pas sur l’île de Groix en France qu’il s’en trouve une également?)! Je n’irai pas me coucher trop tard, car demain une autre île nous attend, et je démarre tôt!

L’île de Hvar.

Si les îles sont bien desservies entre elles par les catamarans, uniquement pour « piétons », en revanche les voyageurs motorisés sont un peu plus pénalisés, rares en effet sont les liaisons directes en car-ferry entre les îles voisines, en l’occurence Brač, Hvar et Korčula. Alors pour passer de Brač à Hvar, en général on rejoint Sumartin à l’extrémité est pour rejoindre Makarska, ensuite on va à Drvenik, 25 km au sud, pour prendre un autre bateau jusqu’à Sucuraj, sur l’île de Hvar. Une petite gymnastique compliquée par les laps de temps parfois justes pour rallier Drvenik! Moi je m’y suis pris autrement: retour vers Supetar, puis le port de Split, où j’ai une marge de temps d’une heure (suffisant!) pour réembarquer sur un autre ferry qui lui, va sur l’île de Hvar, à Stari Grad pour être précis. Plus long, peut-être, mais plus efficace, tout est relatif!

Embarquement assez rapide, chaque centimètre d’espace est exploité, mais certains gars qui dirigent les véhicules se la jouent parfois un peu trop militaire… C’est bon, mec, j’ai une Fiat 500, pas la Cadillac du « Corniaud »… Le ferry passe entre les îles de Brač et Šolta, par un étroit chenal, pourtant bien fréquenté car il évite de contourner l’une ou l’autre île citée plus haut. Le trajet dure deux heures.

Ferry Jadrolinija de Split à Stari Grad (Hvar).
L’histoire ne dit pas si le gars qui laisse pendre sa jambe a perdu sa tong… ou pas!

L’île de Hvar est en vue, débarquement à Stari Grad. Me voici donc sur une des îles les plus touristiques de l’Adriatique en été, une île qui possède bien une ville appelée Hvar, et qui fait 70 km de long sur 12 à 15 de large, ce qui lui donne cette forme super allongée. On dirait le Chili en version réduite et horizontale!

Je ne vais pas foncer tête baissée sur Hvar, je vais faire comme sur Brač, voir la côte nord puis explorer un peu l’intérieur des terres. Je quitte Stari Grad, pour emprunter une route quasiment en ligne droite sur une dizaine de km. C’est d’autant plus curieux que dans sa deuxième partie, jusqu’à Sucuraj à l’extrémité est de l’île, les virages ne vont cesser de s’enchaîner! De mon côté je m’arrête à 10 km de Stari Grad, à Jelsa, petit village tranquille où il fait bon vivre, par exemple en sirotant un verre sur une des terrasses autour du petit port.

Île de Hvar: Jelsa.
Île de Hvar: Jelsa.

À 5 km à peine, Vrboska est un autre petit port tout mignon, à la configuration un peu étonnante. Quand on y pénètre côté sud, un cours d’eau, franchi par quelques ponts, sépare le village en deux. L’ancien petit pont de pierre est très photogénique et a son petit succès! Mais là, je te joue un petit tour, car c’est pas du tout un cours d’eau, c’est un bras de mer très allongé et étroit!

Île de Hvar: Vrboska.
Île de Hvar: Vrboska.