Voyage au Portugal 2016 – 1ère partie: de Porto à Nazaré.

Sacré voyage de plus de 3 semaines dans lequel je vais t’embarquer! Voici le récit de mon périple au Portugal, effectué en solo entre juin et juillet 2016. Porto, le Douro, la Serra da Estrela, la côte, l’intérieur du pays… Tu verras qu’on va beaucoup bouger, pour finir en beauté avec la merveilleuse capitale portugaise, Lisbonne! Et après Lisbonne, je m’envole pour quelques jours vers la sublime île de Madère!

Je vais articuler ce voyage en 3 carnets… sans quoi le « scroll » de ta souris de PC va crier au secours! Vamos!

Mais d’abord, les présentations…

C’est la première fois que je pars au Portugal. Pour situer le pays, rien de compliqué: tu situes l’Espagne? Le pays à sa gauche, qui borde l’océan Atlantique, c’est lui. Il fait partie de la Péninsule Ibérique. Il est divisé en plusieurs régions, auxquelles on peut ajouter les régions autonomes de Madère et des Açores. C’est une république, et sa capitale est Lisbonne.

Langue officielle: le portugais, mais l’anglais et le français sont bien parlés et compris dans les grandes villes (en rase campagne, c’est moins évident!). On le parle dans d’autres pays: Brésil, Cap-Vert, Angola, Mozambique… Attention, il y a un décalage d’une heure entre le Portugal et la France: midi en France, 11h au Portugal!

Je vais pas te faire un cours d’histoire, mais si tu veux en découvrir plus, c’est ici.

Son drapeau:

Son hymne:

Son code d’immatriculation:

Arrivée à Porto.

Hé bien, après deux heures de vol, me voilà à l’aéroport de Porto, d’où je prends la ligne E du métro (très bien foutu, dois-je dire) pour descendre à la station de la gare de São Bento. Et ça commence sur les chapeaux de roues, car cette gare est incroyable! Les murs du hall de la gare sont recouverts d’azulejos, ces petits carreaux de faïences que j’avais déjà rencontré en Andalousie, et qui se sont développé au Portugal par après.

Première impression sur la deuxième ville du pays: la ville s’étage sur plusieurs niveaux, la cathédrale se profile au loin, mais les rives du Douro, situées plus bas, ne sont pas encore visibles. Beaucoup de circulation aussi, et de nombreux drapeaux portugais accrochés aux fenêtres et balcons. C’est vrai, je tombe en plein Euro 2016! Le « Vieux Porto », ce sont des rues pavées (parfois casse-gueule, ces pavés!), en pente, bordées de maisons accolées, étroites et assez hautes (souvent 4 étages, parfois même 5). De temps en temps, du linge sèche à un balcon. Bien que certaines soient décorées d’azulejos, d’autres ont moins fière allure et sont parfois délabrées et à l’abandon.

La Torre dos Clerigos, cette tour de 76 mètres de haut, est la plus haute église du Portugal. On peut accéder au sommet pour jouir d’une vue panoramique sur la ville et le Douro. Attention, c’est super étroit pour y grimper! Un peu plus loin que la Torre dos Clérigos, l’igreja do Carmo (église des Carmes) affiche la plus grande façade d’azulejos de Porto. Tout près, les départs des vieux tramways proposent des balades en ville. Mais pour ça, j’attends d’être à Lisbonne. En descendant par la Rua das Flores, piétonnière et très agréable, j’atteins la cathédrale (« Sé » en portugais) à travers un lacis de ruelles minuscules où le linge est mis à sécher sur des fils attachés de part en part des maisons. D’aspect massif, elle fait plutôt penser à une forteresse, mais c’est son austérité qui fait son atout!

Porto: la vieille ville.
Porto: la vieille ville.
Porto: la vieille ville.

Porto: igreja (église) Santo Antonio.
Porto: Torre dos Clérigos.
Porto: la cathédrale.
Porto: Place de la Cathédrale.
Rencontre inattendue et originale: une vieille camionnette de la RTP!

Et apparemment c’était jour de fête à Porto: dans les rues déambulaient divers petits groupes folkloriques, qui mettaient l’ambiance avec force chants et danses!

Let’s Dance in Porto!!

Vila Nova de Gaia et le vin de Porto.

Le lendemain matin, je descends vers le quartier de la Ribeira (la ville « basse ») et les rives du Douro. Ce fleuve prend sa source en Espagne; en entrant au Portugal, il prend alors toute sa splendeur dans la vallée du Douro avant de traverser Porto et de se jeter dans l’océan Atlantique. La Ribeira, qui borde sa rive droite, est un dédale de ruelles anciennes, sinueuses et étroites, et les maisons bigarrées, parfois quelque peu décrépites.

Des ponts impressionnants franchissent le Douro; entre autres, le pont Dom Luis I, construit au 19ème siècle NON PAS par Gustave Eiffel mais par son disciple Théophile Seyrig; 385m de long pour 45m de haut. Il possède deux niveaux: l’inférieur est utilisé par les voitures et les piétons, le supérieur pour le tram, mais les piétons y ont accès aussi. Et quelle vue de là-haut! On y accède soit à pied, soit par un chouette petit funiculaire.

Porto: quartier de la Ribeira.
Porto: quartier de la Ribeira.
Porto: quartier de la Ribeira.
Porto: le pont Dom Luis I.
Le funiculaire et le pont (*sorry pour le bout de doigt…).

Il est temps maintenant de se rendre  »en face », sur la rive gauche du Douro, à Vila Nova de Gaia. Et la meilleure façon c’est en franchissant le pont Dom Luis I par sa partie supérieure, d’où la vue sur Porto et ses innombrables toits rouges est sublime!

Le nom de Vila Nova de Gaia est moins connu que sa voisine d’en face, et pourtant c’est là que se trouvent les nombreux chais où est vieilli et mis en bouteilles le vin portugais le plus célèbre: le PORTO! De nombreuses caves (une bonne quinzaine) de certaines grandes marques, d’autres moins connues, sont ouvertes à la visite: Graham’s, Taylor’s, Croft, Ramos Pinto, Sandeman (oui, le mec au chapeau)… Pour ma part, j’en ai visité deux: Graham’s et Croft. Visites guidées autour des tonneaux et des barriques, tout cela suivi de la touche finale magique: la dégustation!

En Grande-Bretagne, au 18ème sicle, le porto a longtemps été considéré comme un médicament qui traitait de nombreuses maladies, entre autres…la goutte! Ses vertus thérapeutiques servaient de prétexte aux femmes de bonne vertu à justifier leur consommation personnelle.

Rive gauche du Douro, Vila Nova de Gaia.
Vue sur Porto depuis Vila Nova de Gaia.

Le soir, je me balade au hasard dans le vieux Porto et entre dans un petit resto local, genre cafétaria. Je prends une « francesinha ». Comment expliquer? C’est comme un croque-monsieur « customisé »: tranches de pain avec morceaux de bœuf, mortadelle et parfois saucisse, recouvert de fromage fondu genre gruyère, le tout nappé d’une sauce piquante et encore recouvert d’un œuf! Voilà la bête! Accompagné d’une bonne bière, ça cale bien. Bonnes petites bières, au Portugal; les deux grandes marques sont Super Bock dans le nord et Sagres dans le sud.

Miam miam la bonne francesinha!

La vallée du Douro, jusqu’à PinhÂo.

Ce matin, je retourne à l’aéroport pour récupérer ma voiture de location qui m’accompagnera durant 8 jours. Avant de rejoindre la vallée du Douro, il faut se farcir quelques portions de voies rapides, sur une distance de 20 km. Au bout d’une heure le Douro apparaît enfin, je vais d’abord le longer sur sa rive droite. Oh, il n’a pas encore l’allure majestueuse qu’il arbore lorsqu’il serpente dans la vallée viticole, mais au fil de la route, ses rives vont se couvrir d’arbres, son cours dessiner de larges méandres au milieu d’un relief qui va commencer à devenir plus montagneux. Des bateaux de croisière le sillonnent, soit remontant son cours, soit descendant sur Porto.

Premier aperçu du fleuve en-dehors de Porto.
La vallée va commencer à se dessiner.

Et… c’est comment, les supermarchés au Portugal?

Premier « stop » à Lamego, une petite ville sympa avec un centre ancien et des petites rues qui montent vers le vieux chateau. Sa cathédrale n’est pas immense, mais possède un portail sculpté et un joli cloître. Mais le “must” de Lamego, c’est le Santuário de Nossa Senhora dos Remédios (“Notre-Dame-des-Remèdes), accessible via un monumental escalier de 600 marches; les murs de soutènement de ces escaliers sont ornés d’azulejos. La montée peut être éprouvante par temps chaud, mais quelle vue plongeante sur la ville!

Lamego: l’escalier qui monte au sanctuaire.
Lamego: le sanctuaire.
Lamego.
Lamego.

Je vais maintenant rejoindre la vallée par des petites routes à travers les vignobles, certains sont très en pente et nécessitent encore de faire les vendanges manuellement plutôt qu’à la machine. Aux environs de Lamego, je visite une quinta, une exploitation viticole, au bout d’un petit chemin en surplomb du Rio Távora, jolie petite rivière et affluent du Douro.

Vallée du douro: vignobles.
Vallée du douro: vignobles.
Vallée du Rio Távora.
Vallée du Rio Távora.

La route de Peso da Régua à Pinhão est un délice; on peut souvent quitter la route principale longeant le fleuve pour profiter des miradores installés en surplomb de la vallée, et profiter de vues panoramiques incroyables. Et j’arrive à Pinhão, petit village qui s’étale le long du Douro, dans lequel une petite rivière se jette. Je mange un morceau ici, dans un petit bar, face à la mignonne petite gare qui déborde d’azulejos.

La vallée du Douro, enfin dans toute sa splendeur!
La vallée du Douro.
La vallée du Douro.
La vallée du Douro.
La vallée du Douro.

Je quitte Pinhão par une petite route qui monte, qui monte… Je m’arrête quelques instants à Casal de Loivos, un vrai village viticole tout en haut de la vallée, avec des rues pentues et grossièrement pavées; à peine 1 km plus loin, voici mon point de chute, une petite chambre d’hôtes dans le minuscule village de Vilarinho de Cotas. Là, je suis complètement cerné par les vignobles, ondulant à perte de vue; et ce petit village, composé d’une longue et unique rue moitié pavée moitié chemin de terre, et de quelques sentiers dans les vignobles, est d’une tranquillité absolue! A un endroit, on voit même un bout du Douro qui coule plus bas! Je prends mon temps durant ma petite balade du soir, la lune se lève déjà là-bas au loin… Provenant d’une maison, ou d’un jardin, je sais pas, j’entends un air d’accordéon… un air traditionnel portugais je suppose. L’odeur des vignes, une petite brise, cette musique… c’est beau tout simplement, je suis bien…

Casal de Loivos.
Sublime vue plongeante sur le Douro!

La Serra da Estrela, le Portugal côté montagne.

Ce matin, je quitte la vallée du Douro et ses vignobles pour partir plein sud vers la région la plus montagneuse du pays, la Serra da Estrela. En allant vers Manteigas, qui est la « porte d’entrée » de cette région magnifique, les vignobles s’estompent progressivement et le paysage devient plus boisé et très vallonné. Je m’arrête un instant dans le petit village de Vila de Ponte, où j’achète une ou deux bricoles dans une petite épicerie dont l’aspect me fait remonter le temps de 50 ans. Peu à peu la route commence à grimper, à dessiner de multiples virages, et j’arrive à Manteigas. Cette petite ville n’a pas réellement de “cachet”, elle n’a pas de centre ancien, mais l’église est jolie et on compte quelques petites rues tranquilles.

Premiers reliefs de la Serra de Estrela.
Au creux de la vallée: Manteigas.

Je continue en suivant la Vallée du Rio Zêzere, une rivière qui prend sa source dans la Serra de Estrela et qui se jette dans le Tage. C’est une vaste vallée en “U” et la route la suit parallèlement. Dans la vallée, très rocheuse, on aperçoit des vaches qui pâturent et quelques vieilles maisons de bergers.

Vallée du Rio Zêzere.
Vallée du Rio Zêzere.

Je bifurque vers la route qui monte à la “Torre”, le point culminant du Portugal (du Portugal “continental” seulement, le vrai étant un volcan aux Açores sur l’île de Pico qui atteint 2351m). Et ça grimpe sec maintenant, avec de beaux lacets, genre col du Galibier! J’arrive enfin au sommet. Altitude: 1991m, mais une tour de pierre (la “Torre”) a été construite pour atteindre l’altitude symbolique des 2000 m!Un maniaque des chiffres ronds, sûrement… Surprenante cohabitation aussi entre cette tour, une chapelle, deux anciens radars et un mini “centre commercial” qui vend des produits régionaux!

Point culminant Serra da Estrela.

Piodão et les « villages de schiste ».

Je quitte la Serra da Estrela par une longue descente par des routes de montagne sinueuses, et les petits villages commencent à réapparaître. Je remarque, de temps à autre en bordure de route, des petites fontaines de pierre ou même un simple tuyau d’où sort l’eau. Des gens du coin viennent y remplir leurs bouteilles d’eau.

Et voilà enfin Piodão qui se profile au loin, étagé en amphithéâtre sur un flanc des montagnes de la Serra de Açor. Piodão est un « village de schiste », un matériau abondant dans la région, utilisé pour la construction des maisons et le sol des rues, et qui forme un ensemble de couleur uniforme, nuancé par le bleu ou vert des fenêtres et des portes de certaines maisons. L’église du village, avec ses contreforts ronds, ressemble à une pâtisserie géante et détone un peu à côté des maisons! Quelques bars où on peut casser la graine, un ou deux petits magasins de souvenirs (au moins ils sont discrets), c’est tout. Et le soir, c’est le calme absolu; seuls bruits, le chant des oiseaux et le bavardage des vieux du village. C’est ici que je pose mon sac pour cette nuit, petit veinard que je suis, dans une petite « casa rural » d’une totale tranquillité et au petit-déj’ mémorable!

Du village, démarre aussi un petit sentier de 3 km qui rejoint le hameau de Chãs d’Egua.

Une fontaine d’aeau potable comme on en trouve pas mal en montagne.
Piodão.
Piodão.
L’église de Piodão: à chacun son style!

Le lendemain, je continue plein ouest. La région de Lousã (joli chateau) comporte quelques-uns de ces villages de schiste ressemblant à Piodão. Une petite route en boucle permet de les découvrir. Par exemple Candal, un peu dispersé le long de la route, avec son lavoir, sa fontaine et sa petite chapelle. Ou Talasnal, un des plus connus. Il n’y a pas trop de visiteurs, ça reste calme. Tant mieux.