Rome, Naples et sa baie – 2018.

Alors, ça te dirait de repartir avec moi à la découverte de ce pays sublime appelé Italie? En 2018, je m’étais encore concocté un sacré périple. La première partie du voyage va nous emmener à la découverte de Rome la « Ville Eternelle », ensuite on ira voir Naples, sa baie, ses îles, se sites archéologiques… Tu es prêt(e)? Que le spectacle commence!

ROME: 1er jour.

Samedi 16 juin. Après 2h de vol, j’atterris à l’aéroport de Rome-Fiumicino. Bien qu’éloigné du centre (30 km), avec le train on relie la gare de Termini en 30 minutes, après quoi on a le choix entre un vaste réseau de bus et 3 lignes de métro bougrement efficaces! Les « pass » de 1 à 3 jours vont de 7 à 18€, c’est vite amorti.

Pour l’hébergement, je suis bien placé: ma chambre Airbnb est à 500m du Capitole et à deux pas du circo Massimo! Premier contact avec Rome! Pour l’instant ce sont de larges avenues au trafic parfois intense et débridé (bus, voitures et SURTOUT les scooters qui roulent aussi vite qu’à Milan); je verrai bientôt des coins plus tranquilles.

Ah, Rome! Ce nom donne autant de frissons au voyageur qu’à l’amateur d’Histoire. Elle a même ses propres expressions: elle ne s’est pas faite en un jour, tous les chemins y mènent… Justement, mon chemin à moi va d’abord me mener à la découverte du Capitole, une des sept collines de Rome; c’était le centre religieux de la ville. La Place du Capitole (Piazza del Campidoglio) est super belle, avec ses musées et sa statue équestre; on y accède par une rampe monumentale dominée par les statues de Castor et Pollux. Tout près, face à la Piazza Venezia, se dresse le colossal monument à Vittorio Emanuele II, appelé en italien Altare della Patria ou Vittoriano. Tout de marbre blanc vêtu et surnommé « la machine à écrire » (tu imagines le format de la feuille??). Il fut bâti pour rendre hommage à Victor Emmanuele II, le premier roi d’Italie, et il abrite la tombe du soldat inconnu. Dans le style grandiloquent, ç’est pas mal du tout!

Rome: Place du Capitole.
Rome: Teatro Marcello.
Rome: Oratorio San Giovanni Decollato.
Rome: Teatro Marcello.
Rome: Chiesa di Sant’Omobono.
Rome: monument à Vittorio Emanuele II.

Rome est une cité qui « transpire » l’Histoire par tous les pores. Et j’entre justement ici dans le vif du sujet en découvrant les « Forums Impériaux », sortes d’épicentres politiques et commerciaux crées successivement par plusieurs empereurs: César, Auguste, Vespasien, Trajan… A côté, le Forum « originel », le Forum Romain (Foro Romano), vrai centre névralgique de la Cité… mais devenu finalement trop exigu, d’où la création des Forums Impériaux, entre autres le Forum de Trajan. La Via Sacra, artère principale à l’époque, reliait le Colisée au Capitole. Les colonnes (dont la Colonne Trajane), les temples, les bâtiments plus ou moins bien conservés, arcs en pierre… franchement il faudrait un carnet à part pour tout détailler! Mais cette avenue qui coupe effrontément ces sites, en ligne droite jusqu’au Colisée? Hé bien c’est la Via dei Fori Imperiali, inaugurée en 1932 par Mussolini… qui ne se gêna pas pour raser un quartier et traverser les forums impériaux! Il en a pas raté une, le mec…

Rome: Forum de Trajan.
Rome: Forum de Trajan.
Rome: Colonne de Trajan.
Rome: Forum Romain.

Et maintenant, une bouffée d’excitation m’accompagne lorsque j’ai dans mon champ visuel LE monument emblématique de Rome, son symbole, son mythe: le Colisée (Colosseo)! On a beau l’avoir vu dans les livres, à la télé, en photos, rien ne vaut la stupeur qui te gagne quand tu t’en rapproche et finalement tu te retrouves face à lui « en réel »! Son vrai nom est l’amphithéâtre Flavien, plus tard nommé « Colosseo », ce nom dû à la proximité d’une statue gigantesque de l’empereur Néron. Il fut achevé en 80 après JC. Ce monstre de pierre (188 m de long pour 50 m de haut!) pouvait accueillir maximum 70.000 personnes sur 4 étages. Juste pour comparer, le Zénith de Paris a une capacité d’accueil de 6804 places. Mouais…

L’intérieur du Colisée est aussi incroyable, malgré la foule, on reste halluciné par la taille et la majesté des vestiges! Que de combats de gladiateurs ou d’animaux sauvages ont eu lieu ici! Il y a même un sous-sol avec des mécanismes pour élever les cages ou les combattants. Quand le soleil tapait, un immense voile pouvait être tendu au-dessus des gradins. Quant aux jeux variés, ils étaient un symbole de prestige et servaient à l’empereur pour augmenter sa popularité.

Alors, et ce fameux « pouce en haut ou en bas » de l’Empereur à l’issue des combats? En fait, non. La mort était demandée par la main et les doigts tendus, dirigés vers le vaincu… La grâce était souvent demandée par les spectateurs en agitant des mouchoirs (« Tourner les serviettes » de Patrick Sebastien n’existait pas encore, je te le concède).

Rome: le Colisée.
Rome: le Colisée.

Une première journée bien remplie! En soirée, petit tour dans le quartier Monti, en amont de la Piazza Venezia, Il est un peu moins touristique, plein de petites ruelles pavées et de petits restos bon marché. Une petite lasagne dans une enoteca fera l’affaire pour cette douce soirée… en attendant demain!

ROME: 2ème jour.

Ce dimanche, c’est mon deuxième jour à Rome et voilà que je vais déjà changer de pays! Ah bon? Ben oui, ce matin je me rends au Vatican, le plus petit état du monde avec ses 0,44 km² (pour 900 habitants), complètement enclavé dans la ville de Rome. Le Vatican est le centre spirituel pour des millions de catholiques à travers le monde.

Un excellent moyen de rallier à pied le Vatican, en joignant l’utile à l’agréable, est de longer le Tibre, le fleuve qui traverse Rome. Les arbres permettent de se balader en matinée à la fraiche, et en 30 minutes j’atteins le ponte Sant’Angelo qui franchit le Tibre. En face, le Chateau Saint-Ange (en italien Castel Sant’Angelo), d’abord mausolée de l’empereur Hadrien, puis tour à tour édifice militaire et prison, cet édifice a été très…polyvalent. Actuellement c’est un musée.

Rome: Chateau Saint-Ange.
Rome: Chateau Saint-Ange.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois dépassé le Chateau Saint-Ange, voilà la Via della Conciliazione, une avenue extra-large qui rejoint la mythique Place Saint-Pierre! Le point de vue est sublime! C’est non sans émotion que je me rapproche peu à peu du « plus petit État du monde »; mais attention on n’y entre pas comme dans un moulin: les préposés aux contrôles scannent les sacs et peuvent refouler les personnes aux shorts ou débardeurs trop courts. Il y a un « code vestimentaire » à respecter! J’entre enfin sur la Place Saint-Pierre; moins de monde que je pensais, mais il n’est que 9 heures. Elle est immense, avec son obélisque, ses deux fontaines, et sa double rangée de colonnes qui l’encercle; les colonnes sont surplombées de 140 statues de Saints.

Place Saint-Pierre depuis la Via della Conziliazione.

 

 

Le Vatican possède aussi son propre drapeau…

 

 

 

 

… et ses distributeurs de billets en LATIN!

Me voilà maintenant face à la Basilique Saint-Pierre, l’édifice le plus important de la chrétienté, et la plus grande église du monde! Son nom est issu du premier Pape de l’histoire, Saint-Pierre, dont le corps est enterré dans la basilique. D’autres papes sont inhumés sous l’édifice, ainsi que Jean-Paul II (récemment en 2005). Dimensions pharaoniques, profusion de marbre et de statues, les rayons du soleil qui se glissent à travers les interstices… on ne peut qu’être estomaqué devant cette splendeur, sans compter la dimension « émotionnelle » d’être à l’intérieur de ce lieu saint du christianisme! On peut également voir le dôme de plus près en grimpant à la coupole, soit par ascenseur, soit par escalier. Après avoir gravi un étroit escalier en colimaçon, la terrasse offre une vue plongeante sur la Place Saint-Pierre.

Vatican: Basilique Saint-Pierre.
Vatican: Basilique Saint-Pierre.

Incontournable aussi, la fameuse Garde suisse pontificale, l’une des plus petites armées du monde avec 135 militaires, tous citoyens suisses catholiques, chargée de veiller à la sécurité du Pape et du Vatican.

Vatican: Garde Suisse pontificale.

Midi approche, j’attends sur la Place, comme des centaines d’autres fidèles. Il faut savoir que tous les dimanches à midi, le Pape (plus précisement François Ier) apparaît à une fenêtre de ses appartements pour une courte allocution suivi de la prière de l’Angélus (« je vous salue Marie » etc…) et de sa bénédiction sur la foule. De loin, on distingue seulement une petite silhouette blanche au balcon, mais il y a un écran géant pour mieux le voir. C’est une sensation unique de le savoir si proche… Ni photos ni vidéos de l’Angélus même : ce n’est pas un spectacle.

C’est de cette fenêtre que le Pape apparaît pout l’Angélus.

Pour l’après-midi, je vais m’excentrer un peu de Rome; après 20 minutes de métro et 10 minutes de bus (ligne 218), je vais arpenter la Via Appia Antica, un des témoignages les mieux conservés de la Rome antique. Elle fut construite en 312 av. J-C. pour relie Rome à Brindisi. Ce qui est chouette le dimanche, c’est qu’elle n’est réservée qu’aux piétons et cyclistes; les autres jours, les voitures y circulent. Je vais la parcourir sur quelques km. Mon dieu quel calme par rapport au brouhaha des grandes artères romaines! Excepté le chant des oiseaux et le vent dans les arbres, pas de bruit. Les pavés sont parfois très irréguliers, ce qui ne fait pas l’affaire des cyclistes (heureusement pour eux il y a une petite piste de terre battue qui longe la voie). On y voit encore quelques vestiges de villas et monuments antiques. C’est même émouvant de voir les sillons formés par le passage des chariots; on s’attendrait presque à voir débouler à toute allure un fougueux centurion sur son char!

Via Appia Antica.
Via Appia Antica.

Retour en ville en soirée, petit repas dans une osteria bien planquée: spaghetti « cacio e pepe » (facile: des pâtes, du pecorino et du poivre noir), et saltimbocca (tranches de veau très fines avec de la sauge et du vin blanc). Excellente, cette cuisine romaine!

Osteria La Quercia – Piazza della Quercia, 23.

Spaghetti « cacio e pepe ».
Saltimbocca.

ROME: 3ème jour.

Ce lundi matin je pars explorer une partie du « centre historique » de Rome. Cette ville est vraiment très étendue, et de bonnes chaussures de marche ne sont pas de trop! Je m’enfonce dans les petites ruelles du quartier du Ghetto. Oui, à l’instar de Venise, il y eut un ghetto juif à Rome. En 1555, le Pape Paul IV décrète une série de lois contraignant les juifs de Rome à s’y installer.. et ce jusqu’en 1870! C’est un coin encore authentique, pas encore trop touristique.

J’arrive sur le Campo dei Fiori, une des places les plus connues de Rome, surtout pour son grand marché qui se tient quotidiennement. Fais gaffe toutefois aux faux produits « made in Italy » (de l’huile d’olive en fioles de 100ml, ah bon?!). Il fait déjà chaud ce matin, heureusement la ville compte de nombreuses fontaines d’eau potable, les nasone, pour se désaltérer. On voit un petit trou sur la partie supérieure de leur bec; en bouchant d’un doigt la sortie principale, l’eau jaillit vers le haut, ça permet de boire plus facilement et de façon plus « hygiénique »…. ou de s’en mettre partout quand on n’a pas la bonne technique!

 

Rome: quartier du Ghetto.
Rome: quartier du Ghetto.
Rome: Piazza Farnese.
Rome: Palazzo Farnese.
Rome: Campo dei Fiori.
Rome: Campo dei Fiori.
Fontaine (nasone) à Rome.

Un peu plus loin, Le Largo di Torre Argentina est un vaste espace rectangulaire entièrement occupé par un site antique, l’Area Sacra, où l’on retrouve les ruines des temples les plus anciens encore conservés de Rome. Ce petit océan de tranquillité possède une autre particularité: des centaines de chats ont décidé d’en faire leur petit paradis. Ici, il est tout à fait normal de voir des chats se promener en toute liberté entre les ruines.

Et au détour de plusieurs petites rues, voici le « choc visuel » de l’entrée sur la splendide Piazza Navona, une des plus belles de Rome! Très allongée, elle est située sur l’ancien emplacement du Stade de Domitien (dont on peut voir de rares vestiges dans un musée souterrain). Ce qui renforce encore son charme, ce sont ses trois fontaines en enfilade (belles perspectives pour les photos!), surtout celle des Quatre-Fleuves, carrément surmontée d’un obélisque. Les statues représentent le Danube pour l’Europe, le Nil pour l’Afrique, le Gange pour l’Asie et le Río de la Plata pour l’Amérique. Une place magnifique mais touristique, avec de nombreux restos et terrasses! Mais quand-même, par ce temps sublime, déguster un tartufo (* un genre de glace noisette avec un coeur de chocomat) en terrasse sur la Piazza Navona, ce serait dommage de passer à côté, non?

Rome: Piazza Navona.

Mon dieu, il y a tant de choses à voir dans cette ville, si je voulais tout détailler, je crois que ce carnet aurait la taille d’un roman de Balzac… Alors reprenons notre balade vers l’est de la Piazza Navona, avec entre autres la basilica Sant’Eustachio couronnée d’une tête de cerf avec une croix entre les cornes, ou encore l’église Saint-Louis-des-Français (chiesa San Luigi dei Francesi), à deux pas du Panthéon. Le Panthéon: voilà encore un bâtiment incroyable de la Rome antique, et un des mieux conservés! C’était un temple dédié aux divinités antiques, avant de servir de mausolée aux rois d’Italie et à certaines « stars » comme le peintre Raphaël. Son « atout séduction », c’est son immense dôme de 43m de haut, percé d’un oculus en son sommet qui laisse passer un puits de lumière à l’intérieur… et la pluie par mauvais temps!

Quand on dit Panthéon, on pense aussi à celui de Paris: mais il est plus récent (18ème siècle), et il a une fonction de « mausolée » dédié aux grands hommes et femmes de France. L’édifice originel devait être une église destinée à abriter les reliques de sainte Geneviève.

Rome: Panthéon.
Rome: chiesa Sant’Ivo alla Sapienza.
Rome: Eglise Saint-Louis-des-Français.
Rome: Basilica di Sant Eustachio (avec la tête de cerf au sommet).
Rome: Eglise Saint-Louis-des-Français.

J’avais déjà été marqué, l’année d’avant, par la débauche de monuments qu’on pouvait rencontrer à Florence en Toscane. Mais force est de constater que Rome n’est pas en reste! Le show continue avec le Temple d’Hadrien, tès bien conservé, la Piazza Colonna avec en son centre la fameuse colonne de Marc Aurèle, et encore la chiesa Santa Maria Sopra Minerva avec sa coupole en trompe-l’oeil… Faut avoir la santé pour visiter la Ville Eternelle!

Rome: Temple d’Hadrien.
Rome: Piazza Colonna.
Rome: Temple d’Hadrien.
Rome: Piazza Colonna.
Rome: Piazza Colonna – colonne de Marc-Aurèle.
Rome: chiesa Santa Maria Sopra Minerva, coupole en trompe-l’oeil.

L’après-midi je retourne au Vatican, pour une bonne raison: les musées sont ouverts aujourd’hui lundi (mais pas dimanche!). Pas la peine d’entrer sur la Place Saint-Pierre, il suffit de longer les hauts murs de la Cité pour rallier l’entrée du musée. Je te conseille vivement de réserver ton billet sur internet… regarde plutôt la file interminable sur la photo! Bref, comme je suis seul je passe assez vite avec mon billet coupe-file, les guides essayant de rassembler leurs « troupeaux ». Et je consacre tout l’aprem à passer d’un musée à l’autre; en tout il y en a 12, rends-toi compte! Y a pas qu’à florence qu’on rique une « overdose muséographique »! Je n’ai donc pas tout visité, c’est trop pléthorique, toutes ces collections d’œuvres d’art accumulées au fil des siècles par les papes! Et encore c’est difficile d’apprécier la visite quand on est entraîné par une marée humaine bruyante toujours en mouvement. J’ai jamais vu un tel monde!! En comparaison, même le Louvre et la Galerie des Offices sont calmes.

Mais le « clou du spectacle » se rapproche: j’entre dans la mythique Chapelle Sixtine (du nom du Pape Sixte IV qui la fit aménager)… qui ressemble plutôt à une grande salle. Elle est célèbre pour son plafond orné des sublimes fresques de Michel-Ange (par exemple, « La Création d’Adam », tu sais, les deux doigts qui se touchent). MAIS: 1) comme la salle est haute les fresques semblent petites 2) « No photos, please! » C’est ce que les gardiens de la chapelle aboient 100 fois par jour. Sans oublier la foule compacte! J’avoue que les musées du Vatican m’ont laissé un petit goût amer…

Et pourquoi donc, « no photos! » dans la Chapelle Sixtine? Rien à voir avec les flashs des appareils! En 1980, la restauration générale de la Chapelle fut en grosse partie financée (plusieurs millions de dollars) par la société japonaise Nippon Television Network Corporation, en échange des droits d’image. Mais après 1997, année de l’expiration de cet accord, le Vatican a décidé de maintenir la règle du « no photo ». CQFD!

Musées du Vatican: cool, y a pas trop de monde!

Le soir, une petite trattoria, à 300 m de la Piazza Navona, me tend les bras pour goûter une autre petite spécialité romaine, les spaghetti all’amatriciana, avec du pecorino, de la tomate et de la viande de porc salée.

Cucina del Teatro – Vicolo di San Simeone, 70. https://www.cucinadelteatro.it/

ROME: 4ème jour.

Quatrième – et dernier – jour à Rome, crois-moi il y a encore à voir! Mon logement se trouve à deux pas du Circo Massimo, c’est l’occasion ce matin d’aller le voir. Enfin, ce qu’il en reste, c’est-à-dire quelques maigres vestiges. De nos jours il a plutôt l’air d’un immense terrain vague qui a conservé la forme se son enceinte d’autrefois. Dire qu’il mesurait 600m de long pour une capacité de 300 000 spectateurs! Pas facile de s’en faire une idée!

À deux pas du Circo Massimo, se dresse la chiesa Santa Maria in Cosmedin; elle n’a l’air de rien comme çà, elle abrite cependant un des monuments les plus visités de Rome: la Bocca della Verità, une énorme sculpture de visage d’homme barbu, en forme de disque, dont la bouche grande ouverte invite les touristes crédules à y plonger la main. Si par hasard on se fait mordre, c’est qu’on aime bien les mensonges! Hé oui! Depuis ce temps, je regarde à la télé si l’un ou l’autre politicien n’a pas de traces de morsure sur la main 😁😁🤔.

Je rejoins ensuite les Thermes de Caracalla, un des plus grands ensembles thermaux de l’Antiquité. Les thermes faisaient partie des passe-temps préférés des Romains, qui y allaient autant pour leur hygiène que pour leurs relations sociales. Malgré les siècles, les vestiges sont encore impressionnants; de plus, le site est moins fréquenté que les forums impériaux, alors le matin à l’heure d’ouverture, j’ai eu l’impression que le site était rien que pour moi.

Rome: Thermes de Caracalla.
Rome: Thermes de Caracalla.

Je prends maintenant le métro, bien pratique, pour aller à la rencontre de deux édifices religieux majeurs de la ville. D’abord la Basilique Saint-Jean-de-Latran (Basilica San Giovanni di Laterano), qui est en fait la cathédrale de Rome, et la plus ancienne église bâtie à Rome, elle est de ce fait la « mère de toutes les églises ». Elle est l’une des 4 basiliques majeures. Ensuite, la Basilique Sainte Marie Majeure (Basilica Santa Maria Maggiore), près de la gare Termini, la plus grande des églises consacrées à la Vierge Marie à Rome.

Rome: Basilique Saint-Jean-de-Latran.

Rome: Basilica Santa Maria Maggiore.

Je reviens vers le nord par le quartier du Quirinale (connu pour son immense Palazzo), pour pénétrer en un lieu très touristique: la Piazza di Trevi. Trevi… ça te parle? Bien sûr! La « star » des fontaines romaines, le film « La Dolce Vita » où Anita Ekberg y prenait un bain… La Fontaine de Trevi! Malgré la foule, elle est clairement spectaculaire! Regarde un peu: 26 m de large, 20 m de haut, les jets d’eau, les cascades… Mais tiens donc, pourquoi ces braves touristes jettent-ils des pièces dedans? Retiens bien: si tu lances une pièce le dos tourné, tu reviendras à Rome; si tu en lances deux, tu te marieras dans l’année! Suffit d’y croire. Bien que ces coutumes « touristiques » ne trouvent pas grâce à mes yeux, ici je ne peux que l’encourager: les pièces sont récupérées en fin de nuit (à l’aide de longues brosses et d’un système d’aspiration) puis étaient redistribuées à l’association Caritas. Belle initiative. Mais apparemment ça aurait changé…

Rome: Palazzo Barberini.
Rome: Fontaine de Trevi.

Allez, on continue? On se rapproche de la très belle Piazza di Spagna, une des plus célèbres de Rome avec sa forme en triangle et sa curieuse Fontana della Barcaccia en forme de barque un peu évasée. Elle est aussi très courue pour son majestueux escalier qui mène à la chiesa Trinità dei Monti avec un chouette panorama. Si tu as vu le film « Vacances Romaines » avec Audrey Hepburn et Gregory Peck, une des scènes-clés du film s’est déroulée ici!

Rome: Piazza di Spagna.
« Vacances Romaines » (1953) avec Audrey Hepburn et Gregory Peck.

Pas loin de la Piazza di Spagna, un petit marché couvert propose quelques stands pour manger pas cher. J’aime bien l’ambiance de ces petits endroits où on croise plus de locaux que de touristes. 3 parts de pizza, une bière, 6€ le tout, ok je suis calé pour ce midi!

À 10 minutes à pied, la Piazza del Popolo, très vaste, avec son obélisque et ses fontaines, est connue pour ses curieuses églises « jumelles ». Au-delà commencent les Jardins del Pincio et l’immense parc de la Villa Borghese, mais ayant fait l’impasse, ce sera pour une autre fois!

Rome: Via Margutta.
Rome: statue de la Via del Babbuino.
Rome: Via Margutta, cour intérieure (*celle du N°51, du film « Vacances Romaines »).
Rome: Piazza del Popolo.

Je vais souffler un peu avant de repartir en début de soirée. Il suffit de franchir le Tibre et traverser la petite île Tiberine pour découvrir le quartier du Trastevere (qu’on peut traduire justement comme « au-delà du Tibre »). Voilà un quartier populaire typique de Rome, avec des petites ruelles pavées tortueuses, des petits bars et trattorias, et des fleurs aux balcons des maisons! Pas de monuments grandioses, mais plus d’authenticité. Encore que certains coins se « boboïsent » tout doucement, dommage… Il fait encore chaud: un petit kiosque en bord du fleuve, je m’offre une « grattachecca », tout simplement de la glace grattée puis nappée de sirop (pas mal de choix, allez, à tout hasard, ce sera pastèque!). Je dois dire que j’ai passé une super soirée à flâner dans ce quartier qui possède encore (pour l’instant) une âme, une vie de quartier. Peut-être pas partout, mais dans des petites rues discrètes ou une placette cachée, on le ressent.

Comme je disais, plein de petits restos pas encore trop onéreux, certains bien cachés, comme la petite trattoria où j’ai goûté à la coda alla vaccinara, un morceau de queue de boeuf avec du lard, des légumes et de la sauce tomate; ce nom un peu étrange tire son origine des vaccinari, ces ouvriers des anciens abattoirs de Testaccio qui étaient payés en partie « en nature » (non, ne te fais pas d’idées saugrenues, il s’agissait de morceaux de viande moins nobles).

La Gattabuia – Via del Porto, 1. https://www.lagattabuia.it/

Une « gratachecca ».
Rome: quartier de Trastevere.
Rome: quartier de Trastevere.
Rome: quartier de Trastevere.

BILAN: C’est clair que je n’aurai pas tout vu en 4 jours, mais ce passage à Rome, si court fut-il, a été un enchantement, même si l’on a affaire à une des destination les plus touristiques d’Europe. Le Colisée, les forums antiques qui sont comme un livre d’histoire qu’on feuillette, les édifices religieux… mais Rome c’est aussi des quartiers encore vivants, une petite ruelle où est garée une Vespa, un petit bar où le vrai romain expédie son café ristretto en une minute… Et le Vatican, qui est tout un symbole pour la chrétienté (qu’on soit pratiquant ou pas)!

u0022Le véritable cœur de Rome n’est pas dans le marbre du Sénat, mais dans le sable du Coliséeu0022.
Sénateur Gracchus, dans le film u0022Gladiatoru0022 de Ridley Scott.

Je quitte Rome demain matin. Une aventure s’achève, une autre va commencer. Destination: NAPLES!